Bamboin.com

Cela fait quelques mois que je suis absente de ce blog, je sais, mais j’ai une bonne excuse. Avec quelques amis, nous avons monté un projet de site internet : Bamboin.com.

Je tenais donc à partager avec vous ce site, car c’est ce qui a occupé mes journées depuis la fin des fêtes (ça et mes études en Suède dont je vous ferais un compte rendu prochainement, promis).

Le site est totalement multi-sujets et couvre tout ce qu’il nous semble pertinent de couvrir. Vous y trouverez donc de l’actualité politique comme sociale, évidemment, mais aussi des critiques ciné, des découvertes musicales (pour l’instant très centrées rock ou électro), quelques chroniques tendances et même des recettes de cuisine de temps à autres. Bref, de quoi se renseigner de manière ludique et simple via des articles les plus objectifs possibles, tant les membres de l’équipe ne parviennent pas à se mettre d’accord.

Le but étant avant tout d’ouvrir le débat, je vous invite à y faire un petit tour via ce lien, et si jamais vous appréciez, à nous suivre sur notre page Facebook ou encore sur Twitter.

Bon je sais, tout ça fait un peu pub malhonnête, mais je vous promet que le site est intéressant et je vous reviens très vite avec un article plus personnel.

Alors, qu’en pensez-vous ?

Gauche fringante, tu me saoule !

J’adore la politique, pour de vrai, mais visiblement, je ne la conçois pas du tout comme les autres gens, et particulièrement les gens de gauche autour de moi. Ces râleurs professionnels qui ne jouent au grand jamais le jeu des idées, mais toujours et uniquement celui de la cour de récré.

L’actualité nous le prouve tous les jours, le peuple est roi pour se plaindre. Mais une fois la plainte déposée, le bac à bonnes idées se retrouve totalement vide. Je me demande même parfois, si tous les brillantes idées de mes amis les « gauchos » ne sont pas grignotées par des souris, les mêmes qui font les trous dans le gruyère. Et puis je me penche sur la question et je fais un constat abbérant : la politique de nos jours, c’est une piñata. Si si, vous avez bien lu, une piñata ! Le but c’est de taper sur le voisin et de systématiquement dénigrer ses idées parce qu’il est du coté obscur de la force (euh non … se demander si l’idée est bonne, ça ne sert à rien, ce n’est ni vendeur, ni démago).

Sauf que lorsque, dans une conversation mondaine des plus honorables, vous mettez en lumière ce petit détail, c’est vous qui passez du coté obscur de la force ou ne comprenez rien à la politique. Mais regardons les choses en face, la politique n’est plus et le peuple n’est qu’un aveugle qui tâtonne (pour trouver la dite piñata).

Qu’est-ce qui m’énerve vraiment alors ?

  1. La démagogie permanente prononcée dans les rangs de l’opposition : que des droits aucun devoirs, c’est beau à attendre, mais même un môme courant après sa piñata (une vraie cette fois) n’y croirait pas.
  2. Le jeu du « tire dans les pattes du voisin ». En plus c’est ridicule, tout ceux qui l’ont pratiqué se sont tiré dans le pied.
  3. Et enfin le Saint Graal, la cherry on the cake : les râleurs, égoïstes et beaux parleurs, qui veulent voir leur situation toujours plus belle, avec toujours plus d’assistance, mais ont le cul trop engraissé pour faire un simple effort de courtoisie.

Ce Saint Graal, qui me vaut un véritable coup de gueule ce soir : oui, les fonctionnaires (enfin une partie, grosse partie) qui couinent comme un gros bébé à qui l’on retire sa teuteute alors que franchement, ils ne se rapprochent qu’un peu de la grande valeur d’égalité qu’ils adorent généralement prôner. Faux-derches !

Bref, j’en ai marre de la gauche ! La démocratie, ce n’est pas l’égoïsme des individus (et toutes les grèves en ce bas pays sont motivées par l’égoïsme des petits) au dépend de la nation, ça non.

Désolé pour mes lecteurs de gauche, si il y en a (et je suis sûre qu’il y a de tout), mais si vous avez cautionné les mouvements contre la réforme des retraites, c’est comme les rillettes Bordeau Chesnel, nous n’avons pas les mêmes valeurs.

Voilà donc, mon ras-le bol général à force d’écouter Bourdin le matin et sa flopée d’invités.

Et vous, la politique ça vous branche encore ? Des choses qui vous énervent ?

L’actualité qui énerve.

Attention ! Article volontairement un brin vulgaire et agressif.
À ne pas prendre trop personnellement.

Je pense ne pas me tromper en disant que le sujet aujourd’hui sur toutes les lèvres est l’incendie du siège social du magasine Charlie Hebdo pour sa couverture « Charia Hebdo » pour le moins très controversée, combiné au référundum grec, qui selon moi n’est pas mérité.

Décidément, nous vivons dans un beau monde de faux-culs. De gens qui veulent être respectés mais crachent sur toutes les valeurs qu’ils ne partagent pas. Avons-le, ça n’inspire pas franchement le respect. Des gens qui passent leur vie à tricher, se reprennent leur propre boomerang en pleine tronche et refusent d’y faire face. De beaux râleurs, qui à part râler ne savent pas faire grand chose. Des gens qui ont la critique facile, mais qui ne se remettent jamais en question. Des chieurs, des pas contents, des emmerdants. Bref, une bonne grosse bande de faux-culs.

Oui c’est ma triste vision de notre société en ce moment, à force de suivre l’actu et d’écouter la radio. C’est à ne plus rien y comprendre. Tout le monde y va de sa petite critique (mais n’a rien à proposer de mieux) et de sa petite phrase bien démago. Tout le monde est affreusement faux-cul. Comment peut-on dire aujourd’hui qu’il faut laisser les décisions aux peuples, quand leur culture générale moyenne en matière de politique mondiale frise celle d’une patate ? Je suis hyper fan de la démocratie (fin ça dépend des jours), mais faut pas délirer non plus. On décide quand on sait de quoi on parle et pour tout le monde, pas pour soi parce qu’on a plus assez de sous à cause de la crise pour s’offrir un nouveau vison.

Bref, ça m’énerve, ça m’énerve, ça m’énerve. Et tout le monde en rajoute une couche, même le jardinier de base au téléphone sur RMC qui a véritablement la culture G politique d’un petit pois pas cuit. Zut de zut de zut. Un autre disque que Sarko il est nul, C’est pas normal que les marchés dirigent et Les politiques chient du boudin (en vente en ce moment des les bacs). Réveillez vous les gens ! Enfin pas vous mes chers lecteurs, d’ailleurs je vous sais largement plus cultivés qu’une carotte pas fraîche. Euh non … Comment ça non ?

Bon aller, petite question pour le prouver et histoire de rigoler un peu. Pouvez-vous me citer, comme ça, trois présidents et leur pays pour l’Amérique Latine, l’Asie, l’Afrique et l’Occident (on met l’Amérique du Nord dedans parce qu’ils sont trop peu pour faire une catégorie sympa), soit 12 au total ? Il va de soit que la googlisation est interdite, trop facile autrement.

Si vous avez tout bon, je vous autoriserai en tant que grande prêtresse à diriger le monde à la place des politiques. Sinon, il va falloir vous faire l’idée qu’ils ne sont pas si nuls que ça.

Et vous que pensez-vous de tout ça ? De l’actualité ces derniers temps ?
Des revendications de nos amis les Indignados ?

Crédits : Illustration, moi-même, le blog BD, c’est pas pour tout de suite.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Question du jour.

Ce matin, je me suis surprise, pendant mon super petit-déjeuner ultra copieux, spécialement conçu pour affronter une journée de Business Ethics (oui j’ai des cours géniaux), à écouter RMC. C’est simple, je n’écoute jamais la radio le matin en temps normal, mais la gentille famille ne l’avait point éteinte. Et sur RMC donc, ils posaient une question qui m’a parue intéressante: le printemps arabe est-il une réussite ou un échec ?

J’ai, comme tout le monde je présume, suivi aux infos les différents éléments qui auront marqués ce printemps arabe, mais je ne me suis jamais demandée si il avait réellement été utile ou pas, à quel pays il avait plutôt profité, dans quel pays cela n’avait strictement rien changé …?

Les résultats des élections tunisiennes sont sortis officiellement aujourd’hui et c’est avec peu de surprise que l’on découvre que le parti religieux Ennahdha l’emporte avec une large avance, suivi par une opposition mal structurée, peinant à avoir du poids. Bonne ou mauvaise chose ?

Au fond, on pourra dire que c’est plutôt une victoire, car il y aura eu de véritables élections et une démocratie de mise en place. Mais une démocratie étroitement mêlée à la religion peut-elle réellement être une démocratie, dans un monde où les cultures sont désormais toutes mélangées au sein des territoires ? Peut-on vraiment crier à une victoire de la démocratie, saine et pour le bien de tous ? (même si je doute qu’une démocratie puisse répondre réellement à ces critères)

Et la Lybie ? Après la mort de Kadhafi (pour laquelle la seule chose à retenir, est qu’un gars bien lui a tiré une balle et puis c’est tout), peut-on envisager un avenir radieux et démocratique, ou simplement le retour d’une rigueur dictatoriale sous une autre forme ? La mort d’un dictateur ayant perpétué plus d’un génocide ne peut-être qu’une victoire, mais est-elle suffisante ?

Et la Syrie ? Un bain de sang pour ne récolter guère plus. Et l’Égypte ? Une dictature militaire qui ne fait rien avancer.

Finalement, le, ou les printemps arabes ont-ils aidé des pays assoiffés de changement à obtenir plus de modernité. À se reconstruire sur un nouveau modèle de société, quel qu’il soit ? Ou est-ce simplement la continuité des systèmes précédents en ayant bêtement changé les pièces ?

Avec le recul, je pense que quelque part, de petits détails ont changé et des voix se sont faites entendre. Que ce n’est pas la finalité qu’espérait les jeunes générations de ces pays, mais que c’est un pas en avant. Et pour cela, je ne pourrai le définir comme un réussite ou un échec, c’est un peu entre les deux. Et vous quel est votre opinion ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Belle indignation !

Il parait qu’il est toujours bon de s’indigner car c’est une source de bon sens. Sur ce principe, le mouvement des indignés, qui prend de plus en plus d’ampleur depuis quelques mois, dénonce, via des manifestations citoyennes, une société malade, étouffée par les vilains riches et des régimes politiques corrompus. Oui, levons nos drapeaux contre la précarité et le pouvoir de la finance !

Moi, ça me penser à cette fameuse capacité qu’on les gens, quand tout va mal pour eux, à penser qu’ils auraient forcément, eux, fait bien mieux que ceux qui en réalité ont eu à gérer le « bordel ».

Car oui, ce fameux mouvement nous provient de la crise, la vilaine, qui a encore donné plus à ces affreux riches, ces biens méchantes banques et multinationales et ces horribles politiciens, qui n’ont que leur carrière comme intérêt. Alors tout le monde s’indigne, crie au scandale et envoie sur la place ceux « qui aurait pu faire mieux ».

Et ils ont raison, ça fait du bruit. Et c’est bien le but du peuple non, dire qu’à travers une vraie démocratie (et j’attends toujours laquelle), eux auraient su tout « faire mieux ».

Mais le petit peuple aurait-il vraiment fait mieux et pris de meilleures décisions si il avait été consulté ? Les oppositions à chaque gouvernement de part le monde auraient-elles vraiment fait mieux que les gouvernement qu’on se sont pris la vague ? Tous ces mécontents, tous ces indignés, ont-ils une fois songé à se mettre de l’autre coté de la barrière ? Que diraient-ils mainteant, qu’auraient-ils fait, …, si ils n’avaient pas été en position d’indignés mais en positions d’attaqués ? Je trouve toujours intéressant de poter un regard objectif vis-à-vis des choses et des gens que l’on attaque, que l’on remet en question. En a-t-on la légitimé ? Qu’est ce qui donnerait à ce mouvement plus de légitimité qu’aux divers gouvernements, et inversement ? Très subjectif, trop subjectif.

Bien sûr, notre société ne tourne plus aussi rond pour tout le monde qu’on ne le voudrait, certaines choses ne vont pas, beaucoup même, que ce soit les tricheurs de part et d’autre de la planète ou les pauvres mourants. Mais n’y a-t-il que du mauvais ? Aurait-on réellement pour faire bien mieux si le fameux « bon sens » dont tout le monde se porte garant nous avait sauté au nez plus tôt ? Peut-on réellement sataisfaire tout le monde sur un schéma de globalité qui a tout de même plus de bienfaits que de méfaits selon moi ?

Beaucoup de questions que les amoureux de la manifestation à outrance, incapables de se remettre en question eux, ne se posent que trop peu. Et parmi toutes, celle que je préfère est de savoir comment, eux, tout seuls auraient tant pu « mieux faire » comme ils prétendent ? Comment ?

Au fond, je n’ai rien contre ce mouvement ni aucun autre mouvement citoyen qui relève des problèmes réels, mais je remarque toujours que la critique est bien facile, mais il n’y a qu’elle. Pas de solutions ni d’alternatives plausibles, juste des râleurs qui pensent toujours être meilleurs et ça m’intrigue, vraiment.

Rendez-vous sur Hellocoton !